SU
auto-évaluation
transformation licence
recherche
europe
vie etudiante

La Recherche

CONSOLIDER NOTRE PLACE SUR LA SCÈNE EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE

Depuis 2012, dans un contexte budgétaire contraint, l'UPMC a maintenu le financement de ses forces de recherche et consolidé sa place comme acteur majeur sur la scène européenne et internationale

  • Elle a pérennisé 100% du soutien de base aux laboratoires et plateformes de recherche, et maintenu les financements et le nombre de contrats doctoraux ;

  • le développement de projet de recherche aussi bien à l’international qu’à l’UPMC et Sorbonne-Universités ;

  • la relation établies avec le secteur privé (4 labels Carnot, 6 laboratoires communs avec des entreprises). La contractualisation rapporte chaque année 6 millions d’euros pour 90 contrats signés en moyenne sur 2 ans.

Cela se traduit par une place de leader de l’UPMC en matière de publications dans ses secteurs et le nombre d’appels à projets remportés.

LES CHIFFRES CLÉS

1ère université française termes de production scientifique dans son secteur et en nombre de participations à des projets H2020.

 

L’UPMC porte 135 projets développé dans le cadre de Sorbonne Universités, pour un montant de 10 M€ depuis 2013.

 

79  projets européens remportés par des équipes UPMC

dont 60 ERC au sein des UMR UPMC sur la période 2014-2017.

Des opportunités et un soutien offerts à chacun :

  • L'Idex qui a déjà permis à l’UPMC d’accéder à des fonds supplémentaires pour diversifier son action en recherche. La fusion permettra d’assurer sa reconduction pour Sorbonne Université et ses partenaires. Cela permettra de déployer pleinement les politiques volontaristes et innovantes déjà engagées précédemment pour venir soutenir un large panel de projets de recherche tant au cœur des disciplines que dans l’interdisciplinarité. A ce jour l’IdEx permet :

    • L’UPMC porte 58 des 67 projets Emergences de Sorbonne Universités en 2016, projets avec un taux de sélection de 25% (contre 10% pour l’ANR) et attreibués pour 75% d'entre eux à des MCF ou CR .

    • Le projet PER-SU soutenu par Sorbonne Universités permet de soutenir les candidats bien classé sur les listes complémentaires de programme ANR Jeune chercheur ou ERC afin de faciliter leur réussite lors de l’appel suivant. L’UPMC est membre de 19 PER-SU sur 22.

 

  • Une prime d'installation pour les nouveaux MCF entrants a été créée, d’un montant de 4000 euros la première année et de 2000 euros la seconde, elle vise à aider les nouveaux enseignants, souvent jeune, à s’installer à Paris.

 

  • De nombreux soutiens sont apportés aux chercheurs pour qu’ils puissent se concentrer sur leur activité de recherche :

    • La DGRTT et la SATT Lutech offre une assistance pour la valorisation et le transfert de technologie avec par exemple le projet MENTOR créé en 2016 (projet d’accompagnement des DU à définir une stratégie de valorisation et de transfert), ou InfoLab un système d’information permettant de faciliter les relations entre les laboratoires et les services de la DGRTT offrant avec un accès direct aux informations (convention, financements…)

    • Développer le dépôt en archive ouverte avec la HAL-UPMC en soutien avec la BUPMC pour une visibilité accrue de l’UPMC et une reconnaissance comme université de recherche intensive.

 

Des emplois adaptés aux missions de chacun :
  • La proportion de professeurs est passée de 38 à 40%  parmi les enseignants-chercheurs en sciences et médecine.

 

  • Par une politique volontariste, les effectifs employés par l'UPMC sont globalement maintenus et un meilleur équilibre entre BIATSS et enseignants-chercheurs est assuré afin que chacun puisse mieux remplir ses missions.

 

  • L’endo-recrutement des MCF a diminué pour atteindre 20%, pour les professeurs il oscille autour de 50%, un bon équilibre dans un contexte de pénurie.

© 2018 par REUNIS